Restrepia (Orchidaceae)

Introduction au genre Restrepia

Le genre Restrepia a été décrit par Humbolt, Bonpland et Kunth en 1815, dans la sous-tribu des Pleurothallidinae. Ce genre de petites orchidées épiphytes, ou rarement lithophytes, est nommé en l'honneur de José Manuel Restrepo, qui a été le premier à étudier l’histoire naturelle de la Cordillère des Andes en Colombie.

À ce jour, il y a environ 50 espèces connues dans le genre, et peut-être autant de variantes encore méconnues. Leur gamme de distribution va du Sud du Mexique au Nord de l'Argentine, où ils peuvent être trouvés dans les forêts froides et humides de la haute chaîne de montagnes des Andes.

Le genre Restrepia est idéal pour la serre «froide», nécessitant dans la plupart des cas une température nocturne moyenne de 7 à 10 °C, combiné à environ 50 % d'ombrage. Une bonne indication concernant l'éclairage des plantes est la couleur des feuilles, qui a tendance à devenir rougeâtre dans des conditions optimales.

Les fleurs apparaissent généralement l’une après l’autre : elles partent de la base arrière de la feuille et peuvent se produire à n’importe quel moment de l'année.

Les plantes peuvent être cultivées dans un large choix de substrat, mais dans tous les cas il est important que le mélange choisi ne se dessèche pas. Les racines des Restrepias ont en effet besoin d'humidité en tout temps. Il est tout aussi facile de les cultiver sur des supports de fougère arborescente, d'écorce de liège, ou en pot.

Ce genre produit de nouvelles plantes à la base de feuilles âgées, appelées keikis. Ceux-ci peuvent être enlevés et cultivés séparément une fois qu’ils ont établi un système racinaire satisfaisant. Il est également possible de prélever une feuille mature et de la placer dans un petit pot avec de la mousse de sphaigne ; elle s’enracinera en quelques mois. Il y a toutefois une exception à ce qui précède : Restrepia chocoensis, qui est extrêmement rare, ne répond pas à cette méthode.

Généralement, les Restrepias sont faciles à entretenir, et peuvent devenir des spécimens de bonne taille en quelques années. Pour ceux qui recherchent une petite orchidée sans souci, je la leur recommande chaudement.

Informations tirées de :

Icones Pleurothallidinarum XIII

par Carlyle A. Luer,

en collaboration avec

Rodrigo Escobar Restrepo.